Est-ce que le prochain président des États-Unis devrait utiliser un ordinateur ?


Cette question fait suite à un article de Lee Gomes publié dans le Wall Street Journal.

Barack Obama et John McCain sont en lice pour devenir le futur président des États-Unis. Ces candidats à la fonction présidentielle portent déjà un lourd poids médiatique. Obama et McCain représentent le futur pour la population des États-Unis et pour une part de la planète, victime des politiques du géant américain.

La fonction présidentielle aux États-Unis est d’une telle importance qu’elle revêt presque un caractère symbolique. Dans cette perpective, il est d’à propos de soulever une étrange question.

Est-ce que le futur président des États-Unis doit être un utilisateur d’un ordinateur personnel ?

Cette question soulève des interrogations sur les plans de la sécurité, de l’accès à l’information, de la promotion des produits et des effets politiques d’une « fuite informatique ».

Imaginez, vous tombez sur la « play list » de Barack Obama. La diffusion de cette liste peut éventuellement influencer la gouvernance des affaires étrangères car, cela est de la fiction, le président Obama possède le dernier album de Carla Bruni, quelques chansons de Félix Leclerc et de Zachary Richard.

En peu de temps, le conglomérat des médias républicains est en mesure de soulever une vague, un spinning médiatique comparable à l’affaire Clinton-Lewinsky.

Imaginez John McCain se taper une partie de SpaceInvader (version arcade) sur son portable pour se relaxer quelques minutes avant une rencontre internationale sur le Moyen-Orient. Imaginez comment ce geste pourrait être perçu et interprété par les média islamiques ?

La technologie informatique modifie notre rapport au monde. Posséder un ordinateur c’est comme consigner une part de l’intimité. C’est comme écrire un livre.

Les chefs d’état publient peu de livre car l’impact est immédiatement politique. Alors, quant est-il d’un ordinateur personnel dans les mains d’un président américain ?

La question ne se posait pas avec Georges Bush qui mélangeait ENTER et ESCAPE. Clinton a gouverné avec des PII et on se demandait si la technologie supporterait le passage de l’an 2000.

Les technologies ont cependant considérablement évoluées au cours de la dernière décennie. Est-ce que le prochain président des États-Unis peut se permettre de posséder un portable ?

Je pousserais la réflexion un peu plus loin. Est-ce que dans un futur rapproché, un candidat à la présidence ne sera pas soumis aux banques de données accumulées par les moteurs de recherche Google et cie.

L’informatique deviendra-t-elle politique ? Quel est votre avis ? Votre vision du futur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :