Conflit Géorgie, Russie et Occident.


La Russie profite de la pose des olympiques pour tranquillement réorienter l’ordre mondial. La contre-attaque des Russes en Georgie est une réponse à l’expansion des multinationales occidentales dans la région du Caucase et un frein aux ambitions nationalistes des clans ethniques de la Georgie. La Russie ne se contente pas seulement de protéger ses positions mais lance des attaques stratégiques en mesure de déstabiliser les économies des états pro-occidentaux dans la région du Caucase.

Une indication est le bombardement de la ligne ferroviaire géorgienne sur un pont stratégique enjambant le fleuve de Mtkvari, près de Grakali. Les économies de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie vont souffrir du bombardement « accidentel » de ce pont ferroviaire. Avec l’arrivée prochaine de l’hiver, la population de ces états du Caucase risque de souffrir d’un manque d’approvisionnement.

La conséquence politique est que les populations du Caucase vont commencer à mesurer leurs appuis aux politiques occidentales dans la région. L’arrivée dans la région du Caucase des consortiums occidentaux, liés aux marchés de l’énergie, laissait des miettes de dollars entre les mains des leaders locaux. L’arrivée des ces miettes de petro et gazo dollars permettaient en partie, au moindre coût possible, de contrôler « démocratiquement » la région.

Ressources énergétiques dans la région du Caucase

Ressources énergétiques dans la région du Caucase

L’offensive russe sur des objectifs stratégiques de la région risque de limiter l’impact des petro et gazo dollars. Il est évident que la région du Caucase vient d’être déstabilisée par la riposte de Moscou. Les marchés internationaux de l’énergie vont par conséquent se réajuster. Des actions boursières négligées sur le marché de l’énergie prendront tranquillement du gallon tandis que d’autres vont jouer du yoyo. Les spéculateurs tenteront de limiter les pertes en simulant, voire en stimulant, des hausses et des baisses.

L’offensive des Russes en Georgie est comparable, en partie, à celle du clan Bush en Irak. Il y aura beaucoup d’interjections politiques mais peu de réactions concrètes sur le terrain. Les états-unis vont certes préférer oublier quelques milliards de gazo-dollars.  Cependant, une réaction musclée de l’occident serait le premier jalon d’une future dernière guerre mondiale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :