Rapport de situation sur la région du Kivu en RDC

Rapport sur la situation du Kivu en République Démocratique du Congo

Par Konex

Introduction

Depuis 1998 la République Démocratique du Congo RDC (ou anciennement le

Carte du Congo

Carte du Congo

Zaïre) est le lieu de conflits interminables qui ont fait environ 5 millions morts selon OXFAM, ce qui en fait le conflit le plus meurtrier depuis la seconde guerre mondiale.

Cette catastrophe humanitaire se déroule dans l’indifférence totale. Les médias ne s’intéressent pas aux enjeux qui se déroulent dans cette région difficile d’accès, sans infrastructure et d’où on extrait des milliers de tonnes de minéraux à peu de frais au profits de grandes entreprises multinationales.

La situation actuelle (février 2010)

Un camp de réfugié au Kivu

Selon un communiqué de l’ONU, le 5 février 2010, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a fait part vendredi de sa préoccupation concernant les incursions de groupes armés dans des camps de déplacés dans les provinces du Nord et Sud Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Violence contre les travailleurs humanitaires

Ainsi, le 15 janvier, dans le Nord Kivu, des éléments armés ont pris possession d’un camion appartenant à une organisation humanitaire, l’ont utilisé pour une incursion dans le camp de déplacés de Muhanga (territoire de Masisi), et ont fait usage de la violence contre des travailleurs humanitaires pour voler leurs effets personnels. « Cet incident a interrompu la distribution de denrées non alimentaires », a souligné l’OCHA.

Meurtres et recrutement dans les camps de réfugier

Dans un incident séparé le 21 janvier dans le Nord Kivu, une incursion armée par des membres présumés des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) a eu lieu dans le camp de Nyange. Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées. Selon des déplacés vivant dans le camp, l’incursion était destinée à recruter des hommes pour les forcer à travailler pour les FDLR.

Des milliers de civils fuient leur village pour se réfugier dans les camps

« Nous avons enregistré des déplacés nouvellement arrivés dans des camps situés autour de Kitchanga au nord-ouest de Goma. Cette toute dernière vague de déplacement porte le chiffre total de la population des camps à 116 000 déplacés internes », a dit un porte-parole du HCR.

Les milices armées violent, pillent et brûlent les maisons

Le gouvernement congolais a lancé plusieurs offensives en 2009 visant à neutraliser la milice des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Cependant d’autres milices et groupes armés tirent avantage de cette situation en attaquant des civils, en pillant des biens, en commettant des viols et en brûlant des maisons.

Environ 2 000 000 de personnes dans l’Est du Kivu  ont fuit  leur demeure

Selon le HCR, on compte quelque 2,1 millions de déplacés internes au total

La population en fuite croise une colone de chars de l'armée en retraite.

dans l’est de la RDC, où la population locale fait régulièrement état de harcèlement, d’abus des droits de l’homme, de viols et d’intimidations menés à l’encontre des civils.

Pourquoi cette région si riche en ressources subit une telle violence ?

La situation actuelle démontre qu’une population civile vit à la merci de groupes armées. Cette région possède de grandes ressources naturelles et était considérée comme le grenier de la RDC car l’agriculture y est facile et les récoltes abondantes. L’insécurité causée par les groupes armés ne permet plus aux habitants de cultiver leurs terres. Le climat de terreur fait que les paysans fuient leurs village pour se réfugier dans des camps aménagé par l’aide humanitaire.

Pourquoi l’occident n’est pas informée sur cette situation, pourquoi un tel silence médiatique tandis que des milliers de tonnes de minerais est volé en RDC, tandis que des populations civiles subissent un régime de terreur, tandis qu’on exporte illégalement des armes dans cette région, tandis qu’une région autonome et exportatrice sur le plan alimentaire devient dépendant de l’aide alimentaire mondiale(dumping de denrée).

Origine de cette terreur interminable

En 1996, Laurent Désiré Kabila est à la tête de groupes armés soutenu par l’Ouganda et le nouveau pouvoir au Rwanda et il a comme objectif de prendre

Kagamé devient président du Rwanda en 1996, formé dans des écoles militaire aux États-Unis, il maîtrise l'art de la guerre et des affaires

la région de l’Est du Congo (Kivu) qui est très riche en minerais de toutes sorte (Coltan)..

En 1998, Laurent Désiré Kabila devient le nouveau président du Congo et il tente de réunifier les congolais. Il demande à ses anciens lieutenants, chef de groupes armées, de retourner en Ouganda et au Rwanda. Ces groupes armés ne partiront pas et prendront le contrôle de l’Est du Congo. De plus, plusieurs compagnies chinoises, américaines, françaises et anglaises écoulent leur stock d’arme dans cette région. Les négociants profitent de l’absence de pouvoir du gouvernement congolais et échangent le minerais contre des armes et un peu d’argent Les groupes armées instaurent un régime de terreur. La population civile en est la principale victime.

Dix années à appliquer la méthode de la terreur

Depuis 1998, les groupes armés de l’Est du Congo exercent un régime de terreur sur la population civile. Les pratiques meurtrières des anciens génocidaires du Rwanda, en fuite au Congo, contaminent les divers groupes armées. Les pratiques guerrières de ces milices s’exercent contre les populations civile.

Le viol comme arme de guerre

Le viol des femmes est pratiqué d’une façon systématique et est utilisé comme arme de guerre. Cette pratique s’exerce aussi de plus en plus sur les hommes, en 2009,  10% des victimes de viol serait des hommes. Il s’agit d’humilier, de dominer et de briser la victime. Selon l’ONU, 200 000 femmes ont été violées depuis 1996 dans la région du Kivu, soit une moyenne de 40 viols par jour pour une population équivalente à celle du Québec. Pour 2009, l’ONU estime que 8 000 femmes ont été violées dans l’Est du Congo.

Économie de guerre et corruption

Une économie de guerre a été imposée dans le Kivu. Depuis 1996, les armées rwandaises et ougandaise ont financé leur lutte en vidant les mines, les fermes et les banques de l’Est du Congo, ce qui a permis de financer le miracle économique du Rwanda et de l’Ouganda. Les armées rwandaise et ougandaise ont laissé la place en 2002 aux milices locale qui survivent grâce à l’exploitation illégale des mines, de la forêt et aux « impôts arbitraires » imposés aux populations locales.

Pour survivre, le population participe de plus en plus à ces échanges illégaux où la corruption et les liens d’intérêts mutuels deviennent une norme. La pauvreté et la misère engendré par la guerre oblige la population à survivre en travaillant et en participant à ce système de pillage. La RDC se vide de ses richesses naturelles au profits de ses voisins.

Des conditions humaines dégradantes : 5 000 000 de morts en 14 ans

Cette situation dégradante de la condition humaine aurait fait environ 5 000 000 de morts au cours des 14 dernières années. L’ONU est présente et des ONG tentent de soutenir la population , environ 6 000 000 de personnes pour le Nord et Sud Kivu.

Et si  cela arrivait au Québec…

Imaginez que des bandes armées contrôlent le Québec, que votre soeur est violée, que votre blonde est violée, que votre père a été assassiné d’une balle dans la tête devant vous car il s’opposait, que votre petit frère a été kidnappé pour devenir un enfant soldat et qu’un milicien ivre et dopé vous oblige au bout de son canon à travailler au pic et à la pelle à extraire de l’amiante. Quel serait votre réaction. Est-ce que vous souhaiteriez que quelqu’un intervienne?

Cela se passe en RDC depuis plus de 14 ans dans l’indifférence totale

La survie des enfants du Kivu dépend de l'aide alimentaire

La population lance des pierres sur un char de l'ONU dont la mission est de protéger la population civile.

Des combats violents entre rebelle et les forces gouvernementales détruisent les villages

Une part infime de rebelles, pillards et violeurs sont arrêtés.

209 mexicains tués à la frontière de l’Arizona en 2009 : Le Mexique est profondément inquiet.

209 Mexicains tués à la frontière de l’Arizona en 2009, la naissance du totalitarisme aux États-Unis

Par Konex

Voici un fait troublant sur la réalité d’aujourd’hui aux Amériques

Le ministre des Affaires étrangères du Mexique a exprimé sa profonde

Plan du mur entre les États-Unis et le Mexique et lkes points de passage.

inquiétude après la mort d’un citoyen mexicain lundi le 4 janvier 2010, le long de la frontière de l’état américain de l’Arizona.

Lors d’une conférence de presse, le 6 janvier, la police du comté de Cochise en Arizona, a affirmé que la patrouille frontalière suivait les traces d’un groupe de trois Mexicains avec des chiens lorsque est survenu l’incident. Les agents de la patrouille ont trouvé un homme de 28 ans caché dans un arbre. L’incident tragique a eu lieu au moment où l’homme tentait de prendre la fuite.

Voici la nouvelle réalité au sud des États-Unis

La police a aussi annoncé qu’au total 209 migrants  ont trouvé la mort ( ils ont probablement été abattus par la police des frontières ou leurs aidants ) en tentant de traverser la frontière avec l’Arizona en 2009. De plus, la police a arrêté 241 000 clandestins qui tentaient d’échapper aux mesures de contrôle du gouvernement des États-Unis.

Cette situation à la frontière entre le Mexique et les États-Unis soulève des questions

Les États-Unis construisent présentement un mur, une barrière hermétique, pour limiter l’immigration en provenance du Mexique. Les 209 morts en 2009 démontrent la violence et le peu de respect pour la vie de la part des agents frontaliers des États-Unis. Cela confirme la présence d’un système d’endoctrinement efficace des citoyens pour les amener à appliquer la loi sans aucun  jugement par rapport à la dignité humaine.  Est-ce que la population des États-Unis est soumise à un conditionnement ?

Le mur entre le Mexique et les États-Unis

Le mur entre les États-Unis et le Mexique

Quelle guerre justifie la mort de 209 personnes qui veulent voyager sans passer par les contrôles.

Cette situation ressemble à celle du mur de Berlin. Il y a un pouvoir autoritaire, policier et militaire qui contrôle les États-Unis. Les divers agents policiers du gouvernements américain tuent sans impunité simplement parce que des individus  désobéissent à leurs ordres. C’est la peine de mort en direct qui vous attend aux États-Unis lorsqu’un agent du gouvernement vous interpelle. Ce qui crée un climat de peur.

C’est le totalitarisme qui s’installe aux États-Unis et le Canada suit tranquillement.  Les États-Unis s’enferment dans un monde de sécurité, de peur et d’intolérance et où il n’y a plus de respect pour la vie humaine.  Cela ressemble fort bien à une dérive collective semblable à celle des Nazis il y a soixante ans.

Les États-Unis sont-ils entrain de se construire une prison ?

Les mutations économiques qui s’opèrent actuellement ne feront qu’amplifier et accélérer la dérive des États-Unis. Ce mur de protection contre les changements qui s’opèrent dans le monde deviendra-t-il une prison pour le peuple américain. Toutes les dérives sont possibles.

Konex

Vivre libre ou mourir, telle est la devise.... libre jusqu'à où ?

Afrique, présentation générale

Afrique : Présentation générale

Par Konex

Un immence continent

Le continent africain, le deuxième plus vaste de la planète, possède une superficie de 30 millions de km2, soit plus de trois fois celle du Canada. Il rassemble plus d’une cinquantaine de pays dont la superficie moyenne est celle de la France.Carte de l'Afrique

Un climat varié et des écosystèmes diversifiés.

Le continent africain est traversé en son centre par l’équateur ce qui en fait un continent assez chaud et tempéré. Les zones d’habitat passent de la zone désertique à la zone humide en passant par la zone aride. Des vallées et des montagnes sont couvertes de forêts luxuriantes, nourries par des réseaux de fleuves, de rivières et de lacs. Des plaines souffrent à l’occasion de sévères sécheresses et reverdissent au passage de la pluie.  En fait, la diversité des écosystèmes de l’Afrique constitue une richesse pour la planète. Cependant, la situation économique difficile du continent menace la survie de plusieurs de ces écosystèmes.

Une population diversifiée

La population du continent africain a atteint, en 2009, le cap du milliard d’individus. Les linguistes ont répertoriées plus de deux milles langues locales. Les africains intègrent aussi, selon les régions, le français, l’anglais, le malgache, l’afrikaan, le portugais, l’arabe. Cette pluralité linguistique exprime aussi très bien la diversité des quelques milliers d’ethnies présentes sur le continent.

Une histoire  fait de changements brutaux

Pendant des milliers d’années l’Afrique avait une population stable d’environ 100 millions d’individus. En 1885, lors de la conférence de Berlin, les puissances occidentales se partagent le continent et tracent de nouvelles frontières. Cette nouvelle séparation politique et l’intensification de la « colonisation » occasionnent des changements brutaux ponctué de nombreux conflits dans une bonne part de l’Afrique. En à peine 100 ans, l’Afrique passe d’un mode de vie archaïque à Afro Punkl’âge du capitalisme et du cellulaire.

Un continent en mutation.

La diversité culturelle de l’Afrique en fait un continent où l’adaptation, la créativité et la débrouillardise sont essentielles à la survie. Certes, de nombreux conflits perturbent l’économie et l’ordre social ; les populations civiles subissent des injustices, les femmes sont victimes de viol systématique dans certaines régions (Kivu et Soudan). De plus, de nombreuses organisations religieuses profitent de la misère et de la pauvreté pour s’attirer des fidèles en offrant  une « illusion » d’éducation. Heureusement de nombreux organismes humanitaires, en coopération avec l’ONU, élaborent des projets de développement en partenariat avec les initiatives des populations locales et des gouvernements.

Les leaders africains veulent changer la situation.

Des milliers d’africains étudient en occident et retournent sur leur continent pour changer la situation. La population de l’Afrique se mobilise pour délaisser les conflits ethniques issus essentiellement de launion-africaine pauvreté et des disparités économiques liées au capitalisme sauvage. Le continent s’intègre tranquillement  à  la mondialisation et la démocratisation. Presque tous les pays se sont regroupés pour créer l’Union africaine, une formule similaire à celle de l’Union Européenne. Crée en 2002, cette union vise à établir une gouvernance démocratique, un développement économique et un climat de sécurité et de paix sur l’ensemble du territoire africain, cela dans des visées de développement durable.

La coupe de football en Afrique

La coupe du football en Afrique est un présage de l’avenir du continent. Les héros de guerre seront-ils ceux du ballon. L’équipe  de foot  du Togo est en mesure de montrer la détermination de l’Afrique à se délaisser du modèle de perdant pour se qualifier pour affronter les puissances mondiales, cela malgré les fusils et les meurtres. . Un modèle de résiliance, de persévérance et de combat L’Afrique est en mesure de participer au concert des nations.

La Russie se prépare à l’ouverture commerciale du passage de l’Arctique

Passage de l’Arctique vu du CanadaMOURMANSK, le 20 décembre2007, l’agence de presse Novosti rapporte que l’armateur russe Les Messageries de Mourmansk a signé un contrat avec des chantiers navals chinois pour la construction de 12 vraquiers brise-glaces, jaugeant chacun environ 30 000 tonnes de déplacement. Il appert selon cette nouvelle que les armateurs russes envisagent sérieusement d’emprunter le futur passage de l’arctique pour y établir une route commerciale.

 

Pendant ce temps, les partis politiques canadiens discutent sur une solution possible. Il semble évident que le Canada perd la bataille sur la juridiction de l’Arctique. Le Canada ne possède par les ressources pour occuper cet immense espace. Les entreprises russes sont déjà en action pour ouvrir et emprunter cette future route. Le drapeau russe flotte déjà dans les eaux du pôle nordique. Les américains ne reconnaissent toujours pas la juridiction canadienne sur plusieurs territoires de l’Arctique.

 

En fait, Russes et Américains sont déjà en marche pour occuper le territoire et exploiter les richesse naturelles. Le Canada ne pourra que regarder passer les bateaux et effectuer des pressions politiques à l’ONU. À moyen terme, il se pourrait bien que les Américains et les Russes prennent en charge ce nouveau continent.

Les cartes

La carte ci-haut montre la vision canadienne du Nord. La carte-ci bas montre la place réelle de l’Arctique entre la Russie, le Danemark (Groandland) et le Canada

Carte Arctique, Canada Russie

Vous aimez cet article, recevez le fil RSS de Konexinfo