Le Vénézuela devient comme Cuba lors de la guerre froide

Par Konex

Bombardier Tupolev 160 de l'aviation russe

Bombardier Tupolev 160 de l

Le 10 septembre 2008, le Vénézuela a accueilli sur son territoire un bombardier stratégique russe dans le cadre d’un pacte d’amitié entre les deux nations. Hugo Chavez, président du Vénézuela, a invité les pilotes russes a demeurer en son pays aussi longtemps qu’ils le désiraient. Les russes ont reçu d’une manière très favorable cette invitation.

Le Tupolev 160 est un bombardier moderne à long rayon d’action qui est considéré comme une arme stratégique. Depuis quelques années, le Vénézuela investit des milliards de dollars en armement en provenance de la Russie. Le président Hugo Chavez veux créer une zone de protection dans les Caraibes, à la limite de la zone d’influence légale des États-Unis.
Zone d'exercice de la marine russe en novembre 2008

Zone d

Du 10 au 14 novembre 2008, un groupe de navires de guerre russes participera à un exercice commun avec les forces militaires du Vénézuela dans les eaux internationales des Caraibes. Depuis la fin de la guerre froide, il y a 20 ans, c’est le premier déploiement de forces russes significatives si près de la frontière étatsunienne. 
Les États-Unis ont tenté de diaboliser par les médias Hugo Chavez qui refuse d’acheter de l’équipement militaire américain à des coût excessifs. Le président Chavez a été élu d’une façon démocratique et transparente par la population du Vénézuela. Le Vénézuela utilise l’argent du pétrole,  qu’il vend aux États-Unis, pour nourrir sa population et créer une zone d’influence « sans les États-Unis ». 
Tandis que Castro se meurt, Chavez et le Vénézuela lancent un défi aux États-Unis. Le président du Vénézuela reçoit le soutien de l’Iran, de la Russie et de la Chine. L’élection démocratique de Chavez, reconnue par l’ONU et les États-Américains, donne une dimension au président Chavez que ne possédait pas Castro.
Au mois de novembre qui arrive, alors que le monde plonge dans une récession économique, il va se jouer dans la mer des Caraibes un jeu d’échec qui risque de modifier le nouvel ordre mondial. 

Conflit Géorgie, Russie et Occident.

La Russie profite de la pose des olympiques pour tranquillement réorienter l’ordre mondial. La contre-attaque des Russes en Georgie est une réponse à l’expansion des multinationales occidentales dans la région du Caucase et un frein aux ambitions nationalistes des clans ethniques de la Georgie. La Russie ne se contente pas seulement de protéger ses positions mais lance des attaques stratégiques en mesure de déstabiliser les économies des états pro-occidentaux dans la région du Caucase.

Une indication est le bombardement de la ligne ferroviaire géorgienne sur un pont stratégique enjambant le fleuve de Mtkvari, près de Grakali. Les économies de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie vont souffrir du bombardement « accidentel » de ce pont ferroviaire. Avec l’arrivée prochaine de l’hiver, la population de ces états du Caucase risque de souffrir d’un manque d’approvisionnement.

La conséquence politique est que les populations du Caucase vont commencer à mesurer leurs appuis aux politiques occidentales dans la région. L’arrivée dans la région du Caucase des consortiums occidentaux, liés aux marchés de l’énergie, laissait des miettes de dollars entre les mains des leaders locaux. L’arrivée des ces miettes de petro et gazo dollars permettaient en partie, au moindre coût possible, de contrôler « démocratiquement » la région.

Ressources énergétiques dans la région du Caucase

Ressources énergétiques dans la région du Caucase

L’offensive russe sur des objectifs stratégiques de la région risque de limiter l’impact des petro et gazo dollars. Il est évident que la région du Caucase vient d’être déstabilisée par la riposte de Moscou. Les marchés internationaux de l’énergie vont par conséquent se réajuster. Des actions boursières négligées sur le marché de l’énergie prendront tranquillement du gallon tandis que d’autres vont jouer du yoyo. Les spéculateurs tenteront de limiter les pertes en simulant, voire en stimulant, des hausses et des baisses.

L’offensive des Russes en Georgie est comparable, en partie, à celle du clan Bush en Irak. Il y aura beaucoup d’interjections politiques mais peu de réactions concrètes sur le terrain. Les états-unis vont certes préférer oublier quelques milliards de gazo-dollars.  Cependant, une réaction musclée de l’occident serait le premier jalon d’une future dernière guerre mondiale.

La guerre se joue sur le plan de l’information

France 24 | L’information, c’est la guerre ! | France 24

La Russie se prépare à l’ouverture commerciale du passage de l’Arctique

Passage de l’Arctique vu du CanadaMOURMANSK, le 20 décembre2007, l’agence de presse Novosti rapporte que l’armateur russe Les Messageries de Mourmansk a signé un contrat avec des chantiers navals chinois pour la construction de 12 vraquiers brise-glaces, jaugeant chacun environ 30 000 tonnes de déplacement. Il appert selon cette nouvelle que les armateurs russes envisagent sérieusement d’emprunter le futur passage de l’arctique pour y établir une route commerciale.

 

Pendant ce temps, les partis politiques canadiens discutent sur une solution possible. Il semble évident que le Canada perd la bataille sur la juridiction de l’Arctique. Le Canada ne possède par les ressources pour occuper cet immense espace. Les entreprises russes sont déjà en action pour ouvrir et emprunter cette future route. Le drapeau russe flotte déjà dans les eaux du pôle nordique. Les américains ne reconnaissent toujours pas la juridiction canadienne sur plusieurs territoires de l’Arctique.

 

En fait, Russes et Américains sont déjà en marche pour occuper le territoire et exploiter les richesse naturelles. Le Canada ne pourra que regarder passer les bateaux et effectuer des pressions politiques à l’ONU. À moyen terme, il se pourrait bien que les Américains et les Russes prennent en charge ce nouveau continent.

Les cartes

La carte ci-haut montre la vision canadienne du Nord. La carte-ci bas montre la place réelle de l’Arctique entre la Russie, le Danemark (Groandland) et le Canada

Carte Arctique, Canada Russie

Vous aimez cet article, recevez le fil RSS de Konexinfo