Tempête de neige du 21 mars, un moment d’incertitude

À la fin de l’hiver 2008, la Beauce a été frappée par une violente tempête de neige qui dura deux jous. Il n’y eu pas de mort et peu d’accident. Cependant, pendant deux jours, une partie de la région a été coupée du reste du monde. La vie s’est arrêtée et chacun est rentré chez soi pour attendre la fin de la tempête.

Le lendemain, tous ceux et celles qui possédaient un tracteur se sont mis à réouvrir les chemins, publics et privés. Sur la route provinciale 112, qui relie Thetford Mines à Vallée Jonction, six agriculteurs ont pris la relève de la voirie provinciale qui avait brisé un déneigeur.

Tous les équipements ont été mis à contribution et au bout de 48 heures, la région reprenait son rythme de vie. Ce qui est tombé sur nos têtes ressemblait à une catastrophe, mais l’attitude, l’organisation volontaire, les moyens techniques ont permis de passer atravers cette tempête comme un mauvais moment de fin d’hiver.

Il n’y a pas eu de désastre, ce qui n’a pas attiré l’attention des médias sur la région.

Alors, je vous propose le récit en image d’une tempête qui a affecté plusieurs personne dans la région.

En discutant avec les vieux du village, ils m’ont raconté qu’il n’avaient jamais vu une telle fin d’hiver et autant de neige.

Publicités